Infanticides : la detresse des femmes sous l’Ancien cure

  • Home
  • Infanticides : la detresse des femmes sous l’Ancien cure

Infanticides : la detresse des femmes sous l’Ancien cure

Depuis la fin du XX eme siecle, les infanticides seront rarissimes. Ce comportement nous parait si monstrueux que lorsqu’un cas survient, il fera la une des tabloides. Ils paraissent plus nombreux sous l’Ancien-Regime, mais restent bien aussi dramatiques. J’ai mere est la toute premiere victime : mise au ban d’la societe si sa grossesse est decouverte, minimum d’options s’offrent a i§a.

Du XVI eme siecle a des journees, des dizaines de milliers de jeunes femmes ont ete traduites en justice Afin de votre crime : au moins 1 500 (en general nombre plus) ont ete condamnees et pendues entre le XVI eme et le XVIII eme .

Le decret d’Henri II

L’avortement reste, au Moyen-Age, une pratique courante et toleree dans le cadre de regulations demographiques. Ce n’est qu’a partir en fin du Moyen-Age que l’avortement, et surtout l’infanticide, paraissent consideres tel des crimes.

Crime de sang, crime sexuel et peche contre la religion, l’infanticide cristallise une triple transgression et occupe le sommet de la hierarchie penale.

En mars 1556, Henri II promulgue un decret qui marque la naissance d’une grande severite face a l’augmentation des cas d’infanticides. Pour combattre et cela est alors considere comme une preuve incontestable d’une dissolution des m?urs, le monarque signe l’une des textes des plus durs a l’encontre des jeunes femmes enceintes et infanticides, votre « crime tres enorme et execrable, frequent en une Royaume ».

On considere des au cours que celles qui « deguisent, occultent et cachent leurs grossesses » premeditent un crime. Ces dames enceintes ont donc Afin de obligation de declarer un grossesse.

En ces temps ou le moindre acte une life quotidienne est regit par la religion, donner la mort a un enfant qui n’a nullement recu le bapteme equivaut a le envoyer a toutes les flammes de l’enfer. Inacceptable Afin de l’Eglise catholique !

Il suffit donc qu’une cherie porte des traces d’un accouchement recent, qu’elle soit incapable de presenter son nourrisson, que le cadavre du nouveau-ne ait ete retrouve et qu’il n’ait gui?re ete baptise publiquement pour etre declaree coupable et « punie de fond et dernier supplice ». Au sein des faits, l’application de l’edit n’est gui?re scrupuleusement respectee, tri?s heureusement. Le seul Parlement de Paris voit souvent des causes attenuantes : « on estime qu’a peine 28% des affaires de le ressort ont abouti a une condamnation a fond entre le XVIe et le XVIIe siecle » : c’est deja nombre !

Henri II – email peint via cuivre de Limoges par Leonard Limosin (Musee du Louvre)

Une legislation francaise en dents de scie

Cette severite des peines se poursuit sous Henri III, qui renouvelle notamment par un edit l’obligation Afin de des filles enceintes de declarer un grossesse. Plusieurs ordonnances royales font ainsi jusqu’en 1786.

L’embellie reste notable bien au long du XVIIIeme siecle : l’indulgence des juges atteint son apogee sous le regne de Louis XVI. J’ai crainte de condamner une non-coupable faute de preuves suffisantes atteste de l’existence d’une presomption d’innocence avant la lettre.

En 1783, Anne-Marie Gagneux, petit domestique de 25 annees, reste accusee d’avoir supprime et enterre son enfant dans un champ : elle n’est pas condamnee alors qu’aucune circonstance attenuante ne va permettre de douter de sa culpabilite. L’annee suivante, la cuisiniere Marie Guyot pretend qu’au moment de sa propre delivrance, elle sentit quelque chose « tomber d’elle » et que, ne sachant pas de quoi il s’agissait, elle l’avait jete par la fenetre : elle est relachee.

Tandis qu’en Autriche comme, la pendaison pour infanticide est definitivement abolie au sein des annees 1780, en France les peines se durcissent a nouveau sous Napoleon I er . L’inflation du nombre d’affaires portees devant nos tribunaux pousse les redacteurs du Code Penal de 1810 a retablir la peine capitale pour l’infanticide, au nom d’une protection que l’Etat devra a toutes les nouveaux nes. Ce billet 302 est applique jusqu’au debut d’une Troisieme Republique, epoque ou la peine reste commuee en travaux forces a perpetuite Afin de la tante. Quant a J’ai presomption de premeditation, elle ne est abolie qu’en 1901, par la loi du 21 novembre, qui place l’infanticide au rang de crime ordinaire.

Le symptome des classes populaires

Les inculpees sont toujours des femmes agees de 15 a 35 annees, qui appartiennent a des classes sociales defavorisees et bien definies, souvent considerees comme des filles de mauvaise vie : domestiques, journalieres, couturieres, lingeres, lavandieres, ouvrieres, aubergistes, cabaretieres…

Autant de metiers peu remunerateurs et exerces par la couche pauvre en population. Ces jeunes femmes ne savent ni lire ni ecrire jusque dans les annees 1860 au moins. Surtout, elles occupent des postes qui ne leur permettent aussi pas d’envisager le mariage : elles se retrouveraient a l’impasse. Une position dramatique et particulierement sacree pour nos domestiques, qui ne vont pas pouvoir imposer a leurs maitres la presence d’un nourrisson dans leur foyer.

Greuze – J’ai Blanchisseuse (1791)

Proies innocentes et isolees, car souvent loin de leur lieu maternel et de leur famille, vivant un quotidien difficile ou les occasions de se rejouir sont peu grandes, elles se laissent seduire. Ces hommes sont des domestiques, des soldats de passage, des ouvriers du village… Des charlatans qui leur font miroiter d’invraisemblables promesses d’amour pour plus les mettre dans leur lit.

De l’avortement a l’abandon

Des qu’elles ont connaissance de leur grossesse, les filles usent de tous les stratagemes. D’abord, elles ingurgitent des plantes qui stimulent le flux sanguin, comme l’absinthe : il va falloir a bien tarifs faire croire que leurs regles seront revenues. Certaines maitresses de maison vont Indeniablement jusqu’a scruter le linge de leurs domestiques pour s’assurer qu’elles ne sont nullement enceintes ! Elles attaquent ensuite les drogues censees detacher le foetus.

Puis vient l’avortement, realise plus ou moins perilleusement via des medecins ou des sages-femmes de village. Pour du bricolage bien fera, il convient payer pas gratuit. Seules les plus chanceuses, celles qui beneficient en generosite de leur amant, y ont droit.

Si l’avortement echoue, ou qu’il reste trop tard, il ne reste plus qu’a cacher leur grossesse le plus un certain temps possible : elles se compressent le sein avec leur corset, se drapent de robes amples et s’emmitouflent dans les tissus, pour dissimuler un embonpoint. Elles evitent les lieux de commerage tel les lavoirs ou des eglises.

Au moment oi? sonne l’heure de l’accouchement, vous http://datingmentor.org/fr/rencontres-philippines devez prendre entre l’abandon ou le crime. Beaucoup choisissent de deposer l’enfant sous le porche d’une eglise ou a proximite d’un hopital, ou alors le font admettre dans un hospice. A Paris, a J’ai fin du XVIII eme siecle, l’hopital des Enfants-Trouves recoit vingt-cinq fois plus d’enfants qu’au siecle precedant !